Ce plombier juif a affronté seul 22 000 nazis Americains a Manhattan en 1939

Share Button

Bon, pas de suspense… il n’a pas gagné. Des archives viennent d’être retrouvées.

Isadore Greenbaum s’est rendu à un rassemblement nazi à Madison Square Garden en février 1939.  A l’écoute des paroles de haine du tribun, il s’est jeté sur la scène faire stopper l’horreur. Son geste a été filmé et redécouvert il y a peu.

Embarqué au commissariat ( ce qui lui a peut-être sauvé la vie – on voit sur la vidéo la police le retirer des mains du service d’ordre Nazi, il a dû payer une amende de 25 dollars pour pour trouble à l’ordre public.

« J’étais allé à Madison square garden sans intention d’interrompre mais comme ils critiquaient ma religion et qu’il y avait tant de persécutions, j’ai perdu la tête et je me suis dit que je devais parler », a expliqué Greenbaum au juge, dans un dialogue rapporté à l’époque par le New York Times.

« Vous ne réalisez pas que des innocents auraient pu être tués ? » a demandé le juge.

« Vous ne réalisez pas que de nombreux juifs pourraient être tués à cause de ces persécutions ? » lui a répondu Greenbaum.

Deux ans plus tard, Isadore Greenbaum a combattu sein de l’armée américaine. Considéré comme un agent ennemi, Fritz Kuhn a, lui, été expulsé vers l’Allemagne en 1943.

Ironie de l’Histoire… l’organisation qui fédérait les nazis des USA s’appelait… le « Bund »… (Toute ressemblance…etc.)

Il faut aussi savoir que des petits barons juifs de la pègre, y compris Meyer Lansky, Bugsy Siegel, et Mickey Cohen firent le coup de poing lors des meetings nazis et y firent beaucoup de dégâts.

Le célèbre Lucky Luciano offrit même l’aide de la branche italienne de la Mafia. Mais Lansky déclina poliment car il considérait que le combat contre les nazis était un devoir de Juifs.

Lansky et sa bande formèrent même d’honnêtes citoyens juifs désireux de participer aux batailles de rue et aux raids dans les salles de réunion de nazis.

Un autre gangster juif qui combattit les « Bundists » nazis était un sous-fifre d’Al Capone, un voyou de Chicago nommé Jacob Rubenstein. Il déménagea plus tard à Dallas et changea son nom en Jack Ruby.

C’est lui qui en 1963 tua Lee Harvey Oswald, l’assassin de John Kennedy.

Un vieux proverbe yiddish dit que « la merde peut aussi servir à éteindre le feu… »

JPL cm

Des films, de l'InfOld et des K7 ChOuettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *