Ce soir, j’en ai marre. Ce soir, je suis fatiguée. Fatiguée pour moi, fatiguée pour ma mère, fatiguée pour mes cousines, pour mes soeurs, pour mes tantes, pour TOUTES LES FEMMES.

Share Button

Strasbourg, 20h30 ; trois minutes dehors.

Ce soir je suis en colère, ce soir je tremble. Je devrais peut-être m’excuser à vrai dire? m’excuser d’être une femme, dans un pays « libre », m’excuser d’essayer d’être jolie, m’excuser d’être coquette, m’excuser de porter une jupe sous 35 degrés. M’excuser de porter un jeans moulant, m’excuser de porter un haut un peu décolleté, parce qu’on est en 2018 et qu’on devrait pouvoir porter ce que l’on veut, sans avoir aucun problème ? Etrange, j’ai voyagé 8 mois en Nouvelle-Zélande, j’ai également fait Sidney et j’ai vécu un peu plus de deux mois au Canada (Toronto). Jamais, je dis bien JAMAIS là bas, je n’ai eu à supporter ça, jamais je n’ai eu à être fatiguée, en colère ou désolée. Tous les jours, c’est ce que NOUS vivons, des remarques à répétition. Un jour, un homme dans le tram m’a flanquée une énorme claque sur les fesses parce que je portais un legging. J’ai essayé de riposter, il s’est levé et m’a insulté de pute, de fille de pute pourquoi? Car j’ai riposté. Riposté car j’ai essayé de me défendre. De défendre un corps, de défendre MON CORPS. MON CORPS A MOI. Notre corps. Un jour, je me suis fait frapper violemment à la tête et j’ai pris des coups dans les jambes, car j’ai refusé des avances d’un groupe d’hommes en soirée. Un jour, je me suis fait traiter de pute et j’ai eu le droit à un « t’as qu’à pas t’habiller comme ça » : nous étions en hiver, j’avais un pull et un jeans noir et… des talons. Un soir, un jour, une matinée, en pleine nuit, je me suis pris une, deux, trois, quatre, 10000000 remarques. Des remarques, des gestes, des attouchements qui me font me sentir mal, qui me font me sentir sale, qui me dégoutent d’être une femme, d’être moi. Pourquoi? pourquoi devrais-je continuer à avoir peur en allant simplement au magasin en bas de chez moi à 20H30? Pourquoi devrais-je avoir peur en allant rejoindre une amie dans un bar le soir? pourquoi devrais-je avoir peur en allant chez mon copain en plein après-midi? pourquoi suis-je assimilée à une « PUTE » lorsque je décide de me maquiller et porter une robe? Pourquoi est-ce que je dois comprendre que je cherche les regards en faisant la « mignonne » en allant simplement acheter des pâtes avec une tête de déterrée, éreintée de ma journée, les cheveux gras et en pagaille? MAIS POURQUOI? alors non, je ne m’excuserai plus, non je ne garderai plus le silence. Parce qu’on doit baisser la tête de peur d’être frappée ou encore pire. Parce qu’on doit fermer les yeux, serrer les poings, les dents et ravaler nos larmes pour ne pas perdre le contrôle. Au nom de TOUTES les femmes qui subissent ça tous les jours.

P.S : excusez (ou pas) mon Language à la fin. L’énervement.

Partagez au maximum svp, je VEUX dénoncer ces comportements, dénoncer ces personnes et que TOUTES les femmes sachent qu’elles ne sont pas seules et que je continuerai, ON continuera à se battre.

 

Une jeune femme de Strasbourg a publié cette vidéo qu’elle venait de filmer le 22 Aout. Harcèlement quotidien. Crétinerie à la testostérone. En filmant ce moment, Caroline souhaitait « capturer ce quotidien de harcèlement de rue qui est le mien et celui de beaucoup de femmes, pour faire réagir sur ce qu’il se passe. »

JPL cm

Des films, de l'InfOld et des K7 ChOuettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *