Marcher ou Mourir : dans le désert, l’Algérie a abandonné plus de 13 000 personnes au cours des 14 derniers mois, y compris des femmes enceintes et des enfants

Share Button

A partir du poste frontalier d’Assamaka au Niger, isolé au fond des sables du Sahara, les migrants expulsés peuvent être vus traverser l’horizon par centaines. Ils ressemblent à des points dans le lointain, traînant misérablement à travers certains des terrains les plus impitoyables du monde sous le soleil brûlant.

Ce sont eux qui sont sortis vivants.

Ici, dans le désert, l’Algérie a abandonné plus de 13 000 personnes au cours des 14 derniers mois, y compris des femmes enceintes et des enfants, les obligeant à marcher, parfois sous la menace d’une arme, à des températures pouvant atteindre 48 degrés Celsius. degrés Fahrenheit).

Au Niger, où la majorité de la population est à la tête, les plus chanceux traversent un no man’s land désolé de 15 kilomètres (9 miles) à Assamaka, moins une ville qu’une collection de bâtiments instables s’enfonçant dans des galeries de sable. D’autres, désorientés et déshydratés, errent pendant des jours avant qu’une équipe de sauvetage de l’ONU puisse les trouver. Des nombres incalculables périssent en cours de route; Presque deux douzaines de survivants interrogés par l’Associated Press ont raconté que des membres de leurs groupes ne pouvaient simplement pas continuer et disparaître dans le Sahara.

«Les femmes étaient mortes, les hommes … D’autres personnes ont disparu dans le désert parce qu’elles ne connaissaient pas le chemin», a déclaré Janet Kamara, qui était enceinte à l’époque. « Tout le monde était seul. »

Son corps souffre encore du bébé mort qu’elle a mis au monde pendant le trek et laissé dans le Sahara, enterré dans une tombe peu profonde dans le sable fondu. Le sang lui a strié les jambes plusieurs jours après, et des semaines plus tard, ses chevilles sont encore enflées. Maintenant, à Arlit, au Niger, elle est ébranlée par le temps qu’elle a passé dans ce qu’elle appelle «le désert», dormant dans le sable.

Tranquillement, d’une voix presque dépourvue de sentiments, elle se rappela au moins deux nuits à l’air libre avant que son groupe ne soit finalement sauvé, mais elle dit qu’elle a perdu la notion du temps.

« J’ai perdu mon fils, mon enfant », a déclaré Kamara, une Libérienne qui dirigeait sa propre entreprise de vente de boissons et de nourriture en Algérie et qui a été expulsée en mai.

Une autre femme d’une vingtaine d’années, qui a été expulsée en même temps, est également entrée en travail, a-t-elle dit. Ce bébé ne l’a pas fait non plus.

Les expulsions massives de l’Algérie ont repris depuis octobre 2017, alors que l’Union européenne a renouvelé la pression sur les pays d’Afrique du Nord pour qu’ils éloignent les migrants vers le nord en Europe via la Méditerranée ou les barrières avec l’Espagne. Ces migrants de toute l’Afrique subsaharienne – Mali, Gambie, Guinée, Côte d’Ivoire, Niger et autres – font partie de la migration de masse vers l’Europe, certains fuyant la violence, d’autres espérant simplement gagner leur vie.

Un porte-parole de l’Union européenne a déclaré que l’UE était consciente de ce que l’Algérie était en train de faire, mais que les « pays souverains » pouvaient expulser les migrants aussi longtemps qu’ils se conformaient au droit international. Contrairement au Niger, l’Algérie ne prend aucun des fonds de l’UE destinés à aider à la crise migratoire, bien qu’elle ait reçu 111,3 millions de dollars d’aide de l’Europe entre 2014 et 2017.

L’Algérie ne fournit aucun chiffre pour les expulsions. Mais le nombre de personnes qui se rendent à pied au Niger ne cesse d’augmenter depuis que l’Organisation internationale pour les migrations a commencé à compter en mai 2017, quand 135 personnes ont été abandonnées au croisement, pour atteindre 2 888 en avril 2018. Au total, L’OIM, un total de 11 276 hommes, femmes et enfants ont survécu à la marche.

Au moins 2 500 autres ont été forcés de faire une randonnée similaire cette année à travers le Sahara vers le Mali voisin, avec un nombre inconnu de personnes qui ont succombé en cours de route.

Les migrants à qui l’AP a parlé ont décrit avoir été rassemblés des centaines à la fois, entassés dans des camions ouverts vers le sud pendant six à huit heures jusqu’à ce qu’on appelle le Point Zero, puis abandonné dans le désert et pointé vers le Niger. On leur dit de marcher, parfois sous la menace d’une arme. Au début du mois de juin, 217 hommes, femmes et enfants ont été lâchés bien avant d’atteindre Point Zero, à 30 kilomètres de la source d’eau la plus proche, selon l’OIM.

En quelques secondes de mettre le pied sur le sable, la chaleur perce même les chaussures les plus épaisses. La sueur sèche sur le premier contact de l’air, fournissant peu de soulagement du soleil battant au-dessus. Chaque inhalation est comme respirer dans un four.

Mais il n’y a pas de retour en arrière.

« Il y avait des gens qui ne pouvaient pas le prendre. Ils se sont assis et nous les avons laissés. Ils souffraient trop « , a déclaré Aliou Kande, un Sénégalais de 18 ans.

Kande a déclaré que près d’une douzaine de personnes ont simplement abandonné, s’effondrant dans le sable. Son groupe de 1000 personnes s’est perdu et a erré de 8h à 19h, at-il dit. Il n’a jamais revu les personnes disparues. Le mot auquel il revenait, encore et encore, était «souffrance».

M. Kande a déclaré que la police algérienne avait volé tout ce qu’il avait gagné lors de sa première détention – 40 000 dinars (340 dollars) et un téléphone portable Samsung.

« Ils nous ont jetés dans le désert, sans nos téléphones, sans argent. Je ne pourrais même pas vous le décrire », dit-il, encore livide au souvenir.

Les récits des migrants sont confirmés par plusieurs vidéos collectées par l’AP depuis des mois, qui montrent que des centaines de personnes s’éloignent des lignes de camions et d’autobus, se répandant de plus en plus dans le désert. Deux migrants ont raconté que les gendarmes de l’AP avaient tiré sur les groupes pour les forcer à marcher, et plusieurs vidéos vues par l’AP ont montré des hommes armés et en uniforme qui montaient la garde près des camions.

« Ils vous amènent à la fin de l’Algérie, à la fin au milieu du désert, et ils vous montrent que c’est le Niger », a déclaré Tamba Dennis, un autre Libérien qui était en Algérie avec un visa de travail expiré. « Si vous ne pouvez pas apporter de l’eau, certaines personnes meurent sur la route. » Il a dit que tous les membres de son groupe ne l’avaient pas fait, mais ne pouvaient pas dire combien étaient en retard.

Ju Dennis, un autre Libérien qui n’est pas lié à Tamba, a filmé sa déportation avec un téléphone portable qu’il gardait caché sur son corps. Il montre des gens entassés sur le plancher d’un camion ouvert, essayant en vain d’abattre leurs corps du soleil et de se cacher des gendarmes. Il a raconté chaque étape du chemin d’une voix étouffée.

Même pendant qu’il filmait, Ju Dennis savait ce qu’il voulait dire au monde ce qui se passait.

« Vous faites face à la déportation en Algérie – il n’y a pas de pitié », a-t-il dit. « Je veux les exposer maintenant … Nous sommes ici, et nous avons vu ce qu’ils ont fait. Et nous avons une preuve.  »

Les autorités algériennes ont refusé de commenter les allégations soulevées par l’AP. L’Algérie a nié les critiques de l’OIM et d’autres organisations selon lesquelles elle commettrait des violations des droits de l’homme en abandonnant des migrants dans le désert, qualifiant les allégations de «campagne malveillante» destinée à enflammer les pays voisins.

Avec les migrants qui se déplacent à pied depuis l’Algérie vers le Niger, des milliers d’autres migrants nigériens sont expulsés directement dans des convois de camions et de bus. C’est à cause d’un accord de 2015 entre le Niger et l’Algérie pour traiter avec les Nigériens vivant illégalement dans leur voisin du nord.
Même à ce moment-là, il y a eu des cas de décès, dont une mère dont le corps a été retrouvé à l’intérieur de l’autobus coincé à la fin du voyage de 450 kilomètres (280 milles) à partir de la frontière. Ses deux enfants, tous deux atteints de tuberculose, ont été placés en détention, selon l’OIM et Ibrahim Diallo, journaliste et activiste local.

Le nombre de migrants renvoyés chez eux en convois – presque tous nigériens – a également augmenté, au moins 14 446 depuis août 2017, contre 9 290 pour l’ensemble de l’année 2016.

Le voyage de l’Algérie au Niger est essentiellement l’inverse du chemin que beaucoup en Afrique prenaient au nord – s’attendant à travailler en Algérie ou en Libye ou espérant arriver en Europe. Ils se sont heurtés à travers le désert dans des camionnettes Toyota Hilux, 15 à 20 dans le plateau, saisissant des bâtons noueux pour l’équilibre et priant pour que les cruches d’eau sur lesquelles ils étaient assis durent le voyage.

Selon Camille Le Coz, analyste au Migration Policy Institute de Bruxelles, le nombre de migrants qui se rendent en Algérie pourrait être un effet secondaire involontaire du blocage réussi de la traversée de la Libye par l’Europe.

Mais les gens meurent dans les deux sens; le Sahara est un tueur rapide qui laisse peu de preuves derrière. La chaleur aride réduit les corps et le sable qui souffle enveloppe les restes. L’OIM a estimé que pour chaque migrant connu pour avoir traversé la Méditerranée, pas moins de deux sont perdus dans le désert – potentiellement plus de 30 000 personnes depuis 2014.

Le vaste flux de migrants exerce une pression énorme sur tous les points de la route. Le premier arrêt au sud est Assamaka, le seul poste frontalier officiel dans la frontière de 950 kilomètres (590 milles) que partage l’Algérie avec le Niger.

Même à Assamaka, il n’y a que deux puits d’eau – l’un qui ne pompe que la nuit et l’autre, datant de l’époque coloniale française, qui donne de l’eau rouillée. Les besoins de chaque vague de migrants expulsés submergent le village – nourriture, eau, médicaments.

« Ils viennent par milliers … Je n’ai jamais rien vu de tel », a déclaré Alhoussan Adouwal, un fonctionnaire de l’OIM qui a élu domicile dans le village pour envoyer l’alerte lorsqu’un nouveau groupe arrive. Il tente ensuite d’organiser le sauvetage de ceux qui sont encore dans le désert. « C’est une catastrophe. »

A Assamaka, les migrants s’installent dans une dépression dans les dunes derrière le poste frontalier jusqu’à ce que l’OIM puisse avoir assez de bus pour les chercher. L’OIM leur offre le choix: s’inscrire auprès de l’OIM pour retourner éventuellement dans leur pays d’origine ou se débrouiller à la frontière.

Certains décident de tenter leur chance dans un autre voyage vers le nord, en se rendant à « La Dune », un marché en plein air d’un autre monde à quelques kilomètres, où les macaronis et l’essence algérienne sont vendus à l’arrière des pick-up et des charrettes à ânes. De là, ils essaieront à nouveau de retourner en Algérie, dans l’espoir de retrouver la vie et les emplois qu’ils ont laissés derrière eux. Les camions partent tout le temps, et ils prennent leur billet en dinars algériens.

Le reste partira en bus pour la ville d’Arlit, environ 6 heures au sud à travers le sable doux.

A Arlit, un centre de transit étouffant conçu pour quelques centaines de personnes en a récemment contenu plus de 1000 à la fois pendant des semaines.

« Notre position géographique est telle qu’aujourd’hui, nous sommes directement sur le chemin de toutes les expulsions de migrants », a déclaré le maire d’Arlit, Abdourahman Mawli. Mawli a dit qu’il avait entendu parler des morts en cours de route des migrants et aussi de l’OIM. D’autres, a-t-il dit, ont simplement fait demi-tour et tenté de retourner en Algérie.

« Alors ça devient un cycle sans fin, » dit-il avec lassitude.

Un homme au centre avec des cicatrices sur les mains et les bras était tellement traumatisé qu’il ne parlait jamais et ne partait pas. Les autres migrants ont supposé qu’il avait enduré l’indicible en Algérie, un endroit où beaucoup ont dit qu’ils avaient été volés et battus par les autorités. En dépit de ne rien savoir de lui, ils le lavaient et l’habillaient tendrement dans des vêtements propres, et disposaient de la nourriture pour pouvoir manger. Il s’est embarqué dans une boucle sans fin de la cour dans le soleil de midi.

Sans nom, sans nationalité confirmée et personne pour le réclamer, l’homme était à Arlit depuis plus d’un mois. Presque tout le reste continuerait vers le sud, surtout hors route, vers Agadez, la ville nigérienne qui a été un carrefour pour le commerce et la migration en Afrique depuis des générations. En fin de compte, ils retourneront dans leur pays d’origine sur des vols parrainés par l’OIM.

A Agadez, les camps de l’OIM se remplissent aussi de ceux expulsés d’Algérie. Ils et le maire d’Agadez s’impatientent de plus en plus de leur sort.

« Nous voulons garder notre petit peu de tranquillité », a déclaré le maire, Rhissa Feltou. « Notre hospitalité est une menace pour nous. »

Même si ces migrants se déplacent vers le sud, ils se croisent avec ceux qui font le voyage vers le nord à travers Agadez.

Chaque lundi soir, des douzaines de camionnettes remplies d’espoir franchissent un poste de contrôle militaire en bordure de la ville. Ils sont pleins d’eau et de gens qui tiennent des bâtons, les yeux fixés sur « l’avenir »…

JPL cm

Des films, de l'InfOld et des K7 ChOuettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *