Richard Ferrand échappe encore une fois à la justice… pour le moment…

Share Button

Le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, devait être entendu par le juge d’instruction Renaud Van Ruymbeke demain, le 26 mars, dans le cadre de l’affaire des Mutuelles de Bretagne ou il est soupçonné de prise illégale d’intérêt. Mais l’audition a été reportée et aucune date n’a été fixée pour ce rendez-vous.

Cette affaire, qui a empoisonné les premiers pas d’Emmanuel Macron à la présidence, et forcé Richard Ferrand à quitter son ministère de l’Aménagement du territoire, pourrait être dépaysée. Le tribunal de grande instance (TGI) de Paris pourrait être dessaisi en raison d’un conflit d’intérêts judiciaires.

L’association Anticor est à l’origine de la plainte avec constitution de partie civile qui a permis de passer outre la décision du parquet de Brest de classer sans suite l’enquête sur une possible prise illégale d’intérêt lorsque Richard Ferrand étant directeur général des Mutuelles de Bretagne. Mais Eric Alt, le vice-président d’Anticor, est l’actuel premier vice-président adjoint au TGI de Paris.
Si le conflit d’intérêts judiciaires était constaté, une demande en dépaysement serait transmise à la Cour de cassation. La haute instance pourrait alors dessaisir le TGI de Paris et, ce faisant, le juge Van Ruymbeke. Un nouveau juge d’instruction serait nommé, dans un autre TGI.
Ça laisse le temps de rappeler ses positions pro-BDS

JPL cm

Des films, de l'InfOld et des K7 ChOuettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *