Turquie : quand on tire sur un journaliste pour le faire taire à la sortie du tribunal ou l’état lui fait un procès

Share Button

Mai 2016.
L’un des plus célèbres journalistes turcs, sort du palais de justice d’Istamboul ou il vient de comparaitre dans un procès intenté par le gouvernement pour avoir mené une « enquête interdite ». Erdogan était même allé jusqu’à le menacer en direct à la télévision. « … Je crois que celui qui a diffusé cette information risque de le payer très cher. »
ICI LA VIDEO OU ERDOGAN LE MENACE… ET OU L’ON VOIT LES CAMIONS PLEIN D’ARMES.
Soudain, un coup de feu retentit, puis un deuxième. Le tueur a manqué le journaliste, dont l’épouse, comme on le voit dans la vidéo, est la première à tenter de ceinturer l’assassin.

En 2015, Can Dündar et le quotidien d’opposition Cumhuriyet avaient rendu publiques les images d’un convoi de camions s’apprêtant à franchir la frontière turco-syrienne avec une cargaison d’armes. Conduits par des agents secrets turcs, ils auraient plusieurs fois livré des armes à des groupes salafistes syriens de l’autre côté de la frontière et viendraient de se faire prendre la main dans le sac.
La Turquie, officiellement membre de la coalition contre l’organisation Etat islamique, jouerait-elle un double jeu ? Armerait-elle les combattants islamistes ?
Scandale d’état, arrestations à la chaine de gendarmes, procureurs, journalistes travaillant sur l’affaire qui est dans la foulée classée « secret Défense »
Depuis qu’il a échappé à cette tentative d’assassinat, Can Dündar vit en exil.

JPL cm

Des films, de l'InfOld et des K7 ChOuettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *