Un informaticien Syrien archive les vidéos des réseaux sociaux de la guerre en Syrie pour en faire des preuves

Share Button

Réfugié en Allemagne récolte quotidiennement des dizaines de vidéos diffusées sur YouTube, Facebook ou Twitter. Il a réalisé leur valeur inestimable, car elles constituent potentiellement des preuves sur des cas de crimes de guerre.

Depuis 2014, il sauvegarde sur son site, « Syrian Archive« , les contenus « qu’il a pu vérifier » dit-il..

Sur cette vidéo par exemple, l’équipe de Syrian Archive a repéré la présence de bombes à sous-munitions (internationalement prohibées), quelques minutes après le bombardement de la ville de Maarrat Al Numan, dans le gouvernorat d’Idlib. (Images en ligne le 15 août 2017.)

Plus de détails ici

JPL cm

Des films, de l'InfOld et des K7 ChOuettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *