Cette femme a commencé à jouer de la batterie en 1920 et à 106 ans, elle continue!

Share Button
La légendaire percussionniste Viola Smith a peut-être découvert le secret de la longévité: la batterie énergique et la consommation modérée de bon vin.
La plus âgée des musiciennes Américaines continue sa carrière carrière remarquablement longue qui s’étend à tout le spectre de la musique moderne, du swing au jazz en passant par le rock’n’roll et au-delà.

Née Viola Schmitz le 29 novembre 1912 à Mount Calvary dans le Wisconsin, elle avait 9 frères et soeurs. Toute la famille a étudié le piano et, dans les années 1920, leur père réunit Viola et ses six soeurs pour former le Smith Sisters Orchestra .

Elle a été remarquée pour la première fois lorsque les sœurs ont joué à la  Major Bowes Amateur Hour , une version radiophonique des années 1930 de America’s Got Talent. En 1938, Viola et sa soeur saxophoniste Mildred  créent un orchestre entièrement féminin appelé The Coquettes, qui se produit jusqu’en 1942, année du mariage de Mildred. Les Coquettes  sont probablement ce pour quoi Viola est la plus connue, le groupe de swing féminin ayant à son répertoire plusieurs airs de swing bien connus au début de la guerre.

Après avoir déménagé à New York, Viola rejoint le Hour Of Charm Orchestra de Phil Spitalny , un autre orchestre de filles réputé. Sa capacité à lire de la musique avec aisance, associée à son sens musical général, lui ont permis de jouer plus tard avec le NBC Symphony Orchestra , l’un des principaux orchestres du moment.

(Viola Smith et ses 17 tambours en 1941)
Elle joue pour l’investiture du président Harry Truman en 1949, Viola a ensuite formé son propre groupe appelé « Viola and Her Seventeen Drums ». Puis, elle s’est ensuite tournée vers Broadway, où elle a joué dans la production originale de Cabaret .

En évoquant sa carrière Viola se souvient avec tendresse de certains des autres musiciens légendaires avec lesquels elle a joué. Elle a également rappelé son article dans le magazine Down Beat intitulé « Donnez une chance à une musicienne! ”qu’elle a écrit au plus fort de la Seconde Guerre mondiale. Ayant toujours été la voix des femmes dans la musique, elle a fait campagne avec force pour les groupes qui ont perdu des musiciens masculins dans la lutte en Europe pour donner aux musiciennes la chance de les remplacer. L’article avait suscité un débat national sur les musiciennes et les préjugés que beaucoup d’hommes avaient à leur sujet à l’époque.

JPL cm

Des films, de l'InfOld et des K7 ChOuettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *