Iran – Nouveaux morts – Au moins 25 personnes avaient déjà été tuées et près de 5 000 arrêtées lors des manifestations fin décembre et début janvier

Share Button

Des images postées sur les réseaux sociaux iraniens le 30 juin montrent des scènes de manifestations dans les rues de Khorramshahr, le meurtre d’un homme qui aurait été tué par la police, et les manifestants disent que la police attaque les magasins, brise les fenêtres et déclare plus tard que les dégâts ont été causés par les manifestants.

Des vidéos en ligne semblent montrer les forces de sécurité iraniennes tirant sur les manifestants dimanche matin au milieu des manifestations contre la pénurie d’eau dans le sud du pays, bien que les autorités aient déclaré qu’une seule personne avait été blessée dans les affrontements.

Les manifestations autour de Khorramshahr, à 600 km au sud-ouest de Téhéran, surviennent alors que les résidents de la ville à majorité arabe près de la frontière irakienne se plaignent de l’eau salée et boueuse qui s’échappe de leurs robinets au cours d’une sécheresse qui dure depuis des années.

Les troubles ne font qu’aggraver le malaise général ressenti à travers l’Iran face à une crise économique déclenchée par la décision du président Donald Trump de retirer l’Amérique de l’accord nucléaire de Téhéran avec les puissances mondiales.

Des manifestations ont commencé vendredi à Khorramshahr, à Abadan et dans d’autres régions de la province du Khuzestan, riche en pétrole. Les manifestations étaient initialement pacifiques, avec des manifestants qui chantaient en arabe et en farsi.

Mais samedi soir et tôt dimanche matin, les manifestants ont commencé à lancer des pierres et à affronter les forces de sécurité à Khorramshahr, selon des vidéos en ligne largement partagées.

Un feu nourri de mitraillette et de mitraillettes a été entendu, et une vidéo montre des manifestants traînant un homme qui ne pouvait plus marcher. Une autre vidéo semble montrer un homme portant un fusil d’assaut Kalashnikov en bandoulière, sur une moto près des manifestants.

L’agence de presse iranienne IRNA a rapporté plus tard que les manifestants avaient lancé des pierres et des objets sur la police, qui a riposté avec des gaz lacrymogènes. Il n’a pas mentionné les coups de feu.

La télévision d’Etat iranienne a rapporté dimanche après-midi que « la paix était revenue » à Khorramshahr et qu’un nombre indéterminé de manifestants avaient été arrêtés. Il a également déclaré que certains manifestants portaient des armes à feu pendant les troubles.

On ne sait pas ce qui a déclenché la violence. Cependant, Khorramshahr et l’ensemble de la province du Khuzestan ont vu des attentats à la bombe par des séparatistes arabes dans le passé. Des dizaines de milliers de civils et de soldats ont été tués dans la province durant la guerre Iran-Irak des années 1980.

La sécheresse a été le déclencheur. L’Organisation météorologique iranienne estime que 97% du pays a subi une forme de sécheresse. Les analystes accusent également la mauvaise gestion du gouvernement qui aurait détourné l’eau de certains agriculteurs au profit d’autres.

« Bien que l’Iran ait déjà connu une sécheresse au cours de la dernière décennie, l’Iran a connu sa sécheresse la plus longue et la plus longue depuis plus de 30 ans », a indiqué un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Les manifestations se sont produites après trois jours de manifestations la semaine dernière à Téhéran, notamment des manifestants qui ont affronté la police devant le parlement et des policiers qui ont tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants. Les rassemblements ont conduit à la fermeture temporaire du Grand Bazar de la ville.

La colère est alimentée par le rial iranien plongeant à 90 000 dollars – soit le double du taux gouvernemental de 42 000 – alors que les gens voient leur épargne diminuer .
Des manifestations économiques similaires ont tourmenté l’Iran et se sont étendues à quelque 75 villes et villages à la fin de l’année dernière, devenant les plus grandes manifestations du pays depuis les rassemblements de plusieurs mois qui ont suivi les élections présidentielles controversées de 2009. Au moins 25 personnes ont été tuées et près de 5 000 arrêtées lors des manifestations fin décembre et début janvier, qui ont eu lieu principalement dans les provinces iraniennes plutôt que dans la capitale.

La crise économique a été alimentée par la décision du 8 mai de Trump de sortir les États-Unis de l’accord nucléaire de 2015 et de rétablir les sanctions. Les entreprises internationales qui ont conclu des accords avec un milliard de dollars avec l’Iran se sont largement retirées, tandis que les États-Unis exigent maintenant que leurs alliés cessent d’acheter du pétrole iranien.

Le premier vice-président iranien, Eshaq Jahangiri, s’est moqué dimanche des Etats-Unis pour avoir « supplié les Saoudiens » d’augmenter la production pétrolière afin de faire baisser les prix mondiaux du pétrole. Trump a déclaré samedi que l’Arabie saoudite pourrait augmenter sa production de quelque 2 millions de barils de pétrole par jour après un appel avec le roi Salman. L’Arabie saoudite a ensuite reconnu l’appel, mais n’a pas mentionné la réclamation de 2 millions de barils de Trump.

« Si un pays tente de prendre la place de l’Iran sur le marché pétrolier dans cette bataille, nous considérerons qu’il s’agit d’une grande trahison envers la nation iranienne et la communauté internationale et ils paieront sûrement pour cette trahison un jour », a déclaré Jahangiri.

Cette situation est un mille-feuille très complexe. Vous noterez que l’on entend les éternels « Allaouakbar » hurlés par les manifestants dans cette province à majorité arabe.
Derrière le ras le bol de la population il y a également une guerre du pétrole avec l’Arabie Saoudite, accentuée par les récentes décisions de Donald Trump, et aussi un affrontement séculaire Chiites/ Sunnites.
Ce qui est à nouveau frappant, c’est que ces morts et blessés-là ne déclenchent aucune manifestation des indignés à géométrie variable…

ÉTONNANT – A la prière de vendredi, les manifestants ont interpellé l’Imam de Khorramshahr qui est le représentant du Guide suprême Ali Khamenei, dans cette ville. Au moment où celui-ci entrait à la mosquée pour tenir la cérémonie de la prière de vendredi, les manifestants lui ont barré le chemin en scandant « vos prières sont rejetées »

JPL cm

Des films, de l'InfOld et des K7 ChOuettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *